AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Brume Delyss; un gars fragile (à finir)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité™





MessageSujet: Brume Delyss; un gars fragile (à finir) Mar 18 Aoû - 19:21

Présentation


    Vous;
    Nom
    Delyss
    Prénom
    Brume
    Date de naissance
    Un certain vingt et un Décembre où il neigeait, bien évidemment.
    Âge
    Vingt-quatre ans. Évitez, même si c’est une boutade, de lui dire qu’il est vieux. Il serait capable de se suicider avec une enveloppe à papier par la suite.
    Origine
    Sa mère était française et son père yougoslave. Il ne sait hélas où ils se situent depuis que la Terre a été séparée en ces cinq mondes.
    Monde
    Jungle
    Autres
    Moi aussi je peux toucher mon nez avec ma langue ! Oh, une banane *w* !
    Claydol;
    Nom
    Dystopia. A la manière de Cortex et Minus, l‘un a un cerveau, l‘autre non. Devinez qui manque cruellement de matière grise ?
    Transformation Animal
    Un guépard kleptomane. On peut pas tout avoir dans la vie, et ben lui oui. Dystopia peut parler sous sa forme animale et c‘est bien dommage. Il est arrogant et mesquin, en plus d‘être un sacré sacripant. Brume aurait préféré un perroquet rouge, parce que les perroquets, c‘est cool, et en plus, il aurait pû l‘appeler Yago et il serait un perroquet rouge voleur. Mais pas d‘bol, il est tombé sur Dystopia, ce truc jaune à tâches moches.
    Transformation Objet
    Un grelot qu‘il attache un peu n’importe où. A un collier, à la poche de son pantalon… N‘importe où. Sous cette forme là, Dystopia ne peut pas parler, il ne peut que s‘exprimer par « Gling Ling ! ». Ce qui est franchement ridicule entre nous.
    Transformation Arme
    Un fouet dont la lanière en cuir est parsemée de pics très… piquants ? Plutôt tranchants. Transformation de Dystopia oblige, le fouet est à ses couleurs, à savoir jaune et noir. La lanière est noire, et les pics jaunes. C‘est d‘ailleurs pour ça que Brume insulte Dystopia de « Sale bourdon qui fout le cafard. ». Ça vole haut.

IRL

Je suis génial, j'aime mon humour stupide, et moi-même, et je veux devenir le maître de l'Univers.

"Lorsque les contes deviennent réels, nos rêves sont réalités."


Dernière édition par Brume Delyss le Jeu 20 Aoû - 0:15, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité™





MessageSujet: Re: Brume Delyss; un gars fragile (à finir) Mar 18 Aoû - 23:02

Physique
«  DUUUNE !! ~ Je suis laid, j‘ai un grand corps tout mince comme une asperge, et pis ma queue elle est énorme comparée au reste… Mais non pas celle là, patate molle qui pue la patate molle ! Et puis mes yeux tout rouges, on dirait que j’ai pas dormi, c’est moche les yeux rouges ! Ah oui, on a les mêmes c’est vrai… AHAH, t’as des yeux moches ! En plus on voit qu'un de mes yeux, mais les pirates, c'est cool ! DUUNE ~ !! Dieu m'a mal conçu... euh non, notre mère !»
Schéma habituel chez les Delyss,où Brume Delyss; crétin averti, prend conscience de son enveloppe corporelle. Enfin. Et s'en plaint à son jeune frère, qui commence à réfléchir sérieusement sur la façon la plus efficace d'éliminer les parasites.


Parce que tout le monde reste un éternel adolescent avec des complexes stupides et exagérés. Brume ne fait pas exception à la règle, il est même pire. Vous voyez une jeune demoiselle de seize ans, normale. Stéréotypée la en adolescente à fleur de peau, complètement hystérique devant son groupe de musique favori - et certainement allemand - et bien sûr devant un miroir. Elle y passera trois heures, probablement, à observer son nombril, à compter les grains de beauté sur son corps, à tripoter sa graisse quasi-inexistante. Ben Brume, c’est pareil, il est une éternelle donzelle sauf qu‘il n‘est pas stéréotypé; il est bien réel. Chaque jour, dès que l’Homme Chat sort du lit vers quatorze heures quarante-huit minutes, il se précipite dans la salle de bain et commence une partie de « Voyons ce qui a changé sur moi depuis hier. ». Il peut ainsi passer trois heures et vingt-sept minutes - son frère a chronométré - à compter le nombre de poils qui sont apparus sur son corps ou bien ont disparu subitement, à observer la nuance rouge de son œil pour voir si elle est devenue plus foncée ou plus claire, à mesurer la longueur de ses cheveux - non, pas de son pénis - pour voir de combien de millimètres ont-ils grandi, et un tout autre tas de caractéristiques inutiles. Bien sûr, le moindre changement chez lui peut provoquer une crise d’hystérie incontrôlable. Le seul moyen de le calmer dans ces moments là est de lui fourrer une banane dans la bouche, de le frapper ou bien de lui dire qu’il est magnifique, même si vous pensez le contraire.




Dernière édition par Brume Delyss le Ven 21 Aoû - 23:17, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité™





MessageSujet: Re: Brume Delyss; un gars fragile (à finir) Mar 18 Aoû - 23:02

Psychologie
« J‘aurais voulu être une banane. »
Telle est l‘ambition de Brume Delyss, vingt-quatre ans, célibataire et complètement à l‘ouest. Et bien sûr des rêves pleins la tête.


Décalé. En désaccord. Paumé. A l’ouest. Bizarre. Uluberlu. Drogué. Retardé. Imbécile. Voilà bien des mots qui conviendraient à merveille à Brume, une espèce en voie de disparition, et c’est tant mieux. Comment a-t-il fait pour vivre - ou plutôt survivre - jusqu’à ici sans se faire frapper à mort à coup de batte de baseball par les gens de son entourage ? On se le demande régulièrement, croyez moi. Oh non, Brume n’est par le stéréotype du type complètement associable, qui critique tout ce qui ne vient pas de lui et tout ceux qui ne sont pas lui, qui est impulsif, qui adore parler de lui-même, qui a langue trop pendue et qui frappe les plus petits que soit. Loin de là ! Brume n’est pas un voyou, un racaillou des temps modernes. Non, non, c’est même tout le contraire ! Brume, c’est… c’est Brume quoi. C‘est plutôt lui qui se fait taper par les plus grands que lui parce qu‘il a marché sur le pied du plus grand que lui sans faire exprès. Et qu‘il ne s’est pas excusé, bien sûr, car totalement absorbé par ses pensées. « Ses Pensées », je doute qu‘elles existent, un peu comme le Saint Graal. On en parle, on en parle, mais on l’a toujours pas vu. Eh bien, sa capacité à réfléchir, c’est un peu pareil ! On ne sait guère si elle est vraie ou si c‘est juste une rumeur. Ne vous méprenez pas, Brume n‘est pas un imbécile complet - juste un imbécile partiel -, il lui arrive de faire des actes censés et normaux même si c‘est plutôt rare, mais son cerveau à l‘air plutôt lent. Il est un peu - beaucoup trop - tête en l‘air alors qu‘il devrait rester terre à terre. La tête dans les nuages, tu parles ! Il a la tête carrément planté dans la Lune, et bien encastrée en plus. Brume à l‘esprit un peu embrumé à ce qu‘il parait, il est capable de rentrer cinq fois dans le même arbre en une seule journée. Le dit arbre qui est en réalité sa maison, dans laquelle il flemmarde comme une larve bronze au soleil, tout le long de l’année. Soit il a une dégénérescence mentale qui influence ses fonctions motrices ou il est complètement inattentif. Ou idiot, effectivement…
Brume rêvasse beaucoup, beaucoup trop. Et c‘est pour cela qu‘il ne fait pas beaucoup attention à ce qui se passe autours de lui. Un éléphant pourrait très bien lui faire une folle sérénade qu‘il ne le remarquerait même pas. Il continuerait son chemin, l‘air rêveur, à songer à… à songer à quoi d‘ailleurs ? Qu‘y a-t-’il donc dans la petite tête ou grosse tête vide de l‘Homme Chat? Des rêves, par centaines, par milliers même ! Brume rêve a une vie meilleure, à une jolie petite femme qui lui ferait une tarte aux pommes aussi bonne que celle de sa mère, à la façon d‘échanger Dystopia, sa ClayDol kleptomane contre un perroquet rouge parce qu‘il trouve ça vachement cool les perroquets, ou bien à comment savoir si c‘est l‘œuf ou la poule qui est venu en premier ou encore si les palmiers feraient de bonnes échasses. Des questions hautement philosophiques en somme. Brume ne se soucie pas du sens de la vie, contrairement aux milliers d‘êtres vivants peuplant ce nouveau monde, mais plutôt du pourquoi du comment cette fichue poule a pu bien venir avant cet œuf pourri même pas approuvé par les meilleures fermes. Croyez moi, quand il part dans ses nombreux délires liés à des questions que même des scientifiques n‘ont pas réussi à résoudre, il est difficile de l‘en sortir. Heureusement que sa ClayDol est là pour le ramener sur Terre avec ses paroles acerbes. Ainsi que son jeune frère, Dune, qui est un peu plus sérieux que son grand frère.
Tiens, en parlons en de ces deux trucs là. Dystopia le ClayDol, un guépard kleptomane, est le meilleur ami et peut-être le seul ami de Brume. Il fait parti des piliers de sa vie, avec son jeune frère. Bien que Brume et Dystopia se montre peu affectueux l‘un envers l‘autre, Brume ressent le véritable besoin d‘être près de lui et de l’entendre lui dire qu‘il est un véritable imbécile. Ca le rassure, ça lui fait dire que la Terre tourne encore. D‘ailleurs, pourquoi la Terre tourne-t-elle dans ce sens ? Dune, qu‘en a lui, le petit frère, c‘est une autre histoire. Dune étant la seule famille qui lui reste, il fait tout son possible pour s‘occuper correctement de lui, bien qu‘il semble que ce soit Dune qui s‘occupe de Brume. Contrairement avec Dystopia, Brume est très affectif, voir trop affectif avec son jeune frère. Il est là, toujours sur son dos, à lui titiller la queue, à lui mordiller les oreilles, à lui faire des câlins et à lui tirer les joues. Oui, il est un peu lourd Brume. Que voulez-vous, la pauvre bête a un grand manque d‘affection, alors il préfère se faire jeter comme une chaussette par son frère que de se prendre un bon gros coup de griffe dans la tête par le kleptomane de service. Ne voyait rien d‘incestueux entre ces deux frères, je vous prie. Si il y a bien une chose qui traumatiserait à vie Brume, c‘est de voir son frère nu. Cela lui empêcherait de manger des bananes jusqu‘à la fin de sa vie. Brume, lui, ne carbure pas à la cocaïne mais à la Banane. C‘est moi cher et bon pour la santé.


« Non mais attend ! Moi je suis cool ! Je dois être cool ! Être cool, c’est cool ! Et les bananes, c’est bon ! »
Tel est le leitmotiv de Brume, Homme Chat, et philosophe à ses heures perdues. Ou alors, juste gros crétin à temps complet.


Incohérent, complètement incompréhensible. Les êtres vivants normaux seront dans l’incapacité de comprendre ce que pourra dire Brume, si encore il daigne vous adresser la parole. Oh, ce n’est pas que Brume ne vous aime pas, que votre tête ne vous revient pas ou qu’il est d’une timidité maladive - enfin si un peu -, mais il n’aura tout simplement pas conscience que vous lui parlez. Mais bon, Brume n’est pas si paumé qu’il en à l’air, il parviendra à entendre votre voix résonner dans ses tympans. Seulement, voilà un petit problème, Brume n’analyse pas toujours correctement vos propos. Un simple « Bonjour, vous allez bien ? » peu devenir un véritable interrogatoire de police à propos d’un meurtre par la mafia des écureuils unijambistes pour lui. De puis, si vous lui posez une question, il vous répondra pas une autre. Le mieux, c’est d’attendre que la bête vous parle. Mais il se peut que vous attendiez longtemps. TRÈS longtemps. Brume est un peu timide, ce qui est assez étonnant, lui qui ne jure que par le mot « cool » - et aussi le mot « banane » mais c‘est une autre histoire. Il n‘a pas été habitué au contact avec d‘autres êtres que son frère et son imbécile de ClayDol, une autre rencontre avec quelqu‘un d‘autre peut se transformer pour lui en un véritable cauchemar. Ou en gros n‘importe quoi. Brume adore se donner des faux airs de brun ténébreux trop sexy qu‘on veut trop dans notre corps. Voix sensuelle, regard profond et clope au bec, il adore jouer au tombeur de ces dames et faire croire qu‘il a une personnalité complexe alors que c‘est juste un pas doué de la vie. Bon bien sûr, quand il commence à répéter en boucle que les bananes sont l‘essence même de la vie, ces pauvres Dames ont bien compris qu‘il n‘était qu‘un petit m‘as-tu-vu qui veut en mettre plein la vue et pas le beau brun ténébreux qui viendra les sauver de leur vie ennuyante. C‘est plutôt Brume qu‘il faut secourir de sa bêtise, tiens.
Pourquoi Brume est-il si obsédé par le mot cool et les bananes ? Les bananes, c‘est simple; parce que c‘est jaune, facile à manger et c‘est la seule chose que Brume peut manger sans galérer trois heures avant d‘avoir compris comment ça se mange. Pour le mot cool, c‘est autre chose. Brume a bien compris qu‘il n‘était pas, psychologiquement parlant, le garçon que tout le monde admire, veut accompagner ou veut coucher avec. Il a conscience qu‘il est un peu benêt et surtout très décalé par rapport aux autres. Alors il se donne des airs de gars normal, de gars cool. Il se tape la pose, s’invente des histoires même si il ne les raconte à personne, tente d‘impressionner les autres avec sa fausse « coolittude ». Pourtant, il n‘a pas besoin de se donner des airs, hein ? Il a l‘air très mystérieux avec son, euh, regard perdu et sa démarche nonchalante. Mais que voulez-vous, Brume manque cruellement de confiance en lui et il aimerait bien être comme son petit frère que tout le monde admire. Brume est un espèce de vilain petit canard; un gars fragile en fait. Mais ça, il n‘en a pas encore conscience. Il doit d‘abord découvrir pourquoi les canards sont des oiseaux.
Enfin, je vous dit qu‘il est sociable, c‘est un grand mot, hein. On peut engager un dialogue avec lui, mais les débuts seront difficiles, il répondra évasivement à vos phrases jusqu‘à ce qu‘il redescende complètement sur Terre et vous trouve un réel intérêt. En général, il trouve tout tellement intéressant, même les feuilles d‘arbre. C‘est vrai qu‘il n‘est pas très bavard parce que le bruit, il est dans sa tête en fait. Toutes ses pensées qui s‘agitent et résonnent dans sa boîte crânienne. Au moins vous répondra-t-il, mais pas de façon très claire… On peut pas avoir le beurre et l‘argent du beurre, hein ! Mais il suffit que vous restiez un peu plus de cinq minutes avec lui, et il vous aimera déjà. Sous ses airs d‘homme à l‘ouest se cache une personne gentille bien que peu abordable. Inaccessible ? Mais la Brume n‘est elle pas insaisissable ?


« Oh. Bonjour Mademoiselle . Que faites-vous dans mon lit ? Ah oui, c’est vrai. Vous voulez une banane ? Euh non, pas celle là… D: Vous vous appelez comment déjà ? »
Tels sont quelques matins de Brume, un bonhomme qui cache bien son jeu de petit vaurien.


En chaque personne, il y a du bien, et du mal. Et Brume ne fait pas exception à la règle. Je vous ai dit que Brume a un manque d’affection. Eh bien la bête se soigne, il va souvent chercher réconfort et plus dans les bras de charmantes de demoiselles - majeures bien entendu, Brume aime les femmes mûres mais pas trop. Les histoires d’un soir de beuverie, ça lui arrive souvent. Enfin voyons, Brume est jeune et il est certes dans son monde mais pas complètement ignare hein. Il sait profiter des bonnes choses - enfin bonnes, tout dépend du point de vue. Il aime les femmes, ces merveilleuses créatures, ils aiment leur faire la cours et même si parfois elles ne tombent pas dans le panneau, une poignée de demoiselles le trouvent, je cite « très amusant avec ses histoires de bananes, il a un humeur incroyable ! ». Si seulement c’était de l’humour. Enfin, certaines tombent sous le charme, et ça final mal. Brume manipule pour parvenir à ses fins et il n’a pas conscience du mal qu’il peut occasionner. Il n’a pas conscience du bien et du mal tout court - vraiment ? Il se fait du bien, et il fait du bien aux autres, pourquoi s’en priver ? Il n’a pas conscience de ce qu’il fait, il ne sait pas ce qu’il fait. Si vous saviez. Mais non, vous ne pouvez pas savoir. Vous ne pouvez pas savoir que Brume sait parfaitement ce qu’il fait et que ça peut faire mal. Il le sait tout ça, son frère le lui a appris. Il ne sait juste pas jusqu’où ça peut aller et que cette chose à un nom; manipulation. Les femmes sont merveilleuses, non ?


« Oh, Aurevoir Mademoiselle . Non, nous ne nous reverrons pas. Je ne sais pas encore pourquoi les oiseaux volent. C‘est ça, à une prochaine fois. Tiens j‘y pense, vous voulez une banane ? C‘est bon les bananes pourtant… Mais pourquoi vous pleurez ? J'ai dit ou fait quelque chose de mal ? »
Tels sont les fins de Brume, un gars fragile qui se cherche. Ou un gars juste trop curieux qui n‘est pas encore devenu grand. Tu vas chercher longtemps, p‘tit gars.




Dernière édition par Brume Delyss le Jeu 20 Aoû - 0:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité™





MessageSujet: Re: Brume Delyss; un gars fragile (à finir) Mer 19 Aoû - 16:47

StoryParlez de l'histoire de votre personnage, ce qu'il a fait dans son passé, ce qu'il a fait pour devenir ce qu'il est aujourd'hui, comment, etc. Évitez les histoires trop dramatiques du style 'Il a perdu son père dans un incendie après s'être fait violé. Malheureusement, peu après, il perd sa mère suite à une maladie incurable et machin. [Minimum 15 lignes]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé™





MessageSujet: Re: Brume Delyss; un gars fragile (à finir)

Revenir en haut Aller en bas

Brume Delyss; un gars fragile (à finir)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tsukuribanashi :: An other World... :: « Corbeille. » :: Les Vieilles Présentations-
Sauter vers: